Libye, Communiqué 2 de l'Union Panafricaine de la Jeunesse sur la situation des Migrants en Libye

Echange entre la Présidente de l'Union Panafricaine de la Jeunesse et le Conseiller Libyen chargé des relations Afrique - Libye

La Présidente de l'Union Panafricaine de la Jeunesse a convoqué à Kinshasa en son cabinet de travail le Conseiller Libyen chargé des relations Afrique - Libye Mr Abdelmounem BOUSSAFITA.

Ce dernier qui est également Président du Centre International Stratégique et pour les Affaires Africaines.

En effet à la suite de la situation qui prévaut en Libye sur la crise migratoire dont les récentes révélations ont fait état de la vente aux enchères des migrants, l'Union Panafricaine de la Jeunesse qui après avoir condamnée cet acte ignoble a proposé la mise en place d'une Commission d'enquête de l'UA pouvant se rendre en Libye afin de mettre fin aux Crimes contre l'humanité commises en Libye. Dans son premier Communiqué l'UPJ avait aussi demandé aux dirigeants Africains de prendre la responsabilité de rapatrier leurs ressortissants le plus rapidement possible Chose faite par certains États et les autres sont encouragés à le faire. 

Mais en attendant le résultat escompté des grandes Institutions telles que l'Union Africaine, l'UPJ a décidé de mener ses enquêtes pour établir les faits.

C'est ce qui explique la convocation par Madame Francine Muyumba de Monsieur Abdelmounem BOUSSAFITA à Kinshasa.

Ce dernier interrogé à ce sujet a informé la Présidente de l'UPJ sur la situation et respectant le travail de la chaîne CNN exigé à cette dernière d'enquêter aussi le pétrole Libyen et chercher à connaître qui en sont les acheteurs dans la méditerranée ; Enquêter pour savoir qui a actuellement la charge de la Banque et le Fonds Libyen.

Et en fin, dire au monde qui gère la Libye surtout quand on sait que le pays compte en son sein plusieurs gouvernements avec des mains noires derrière ce phénomène atroce.

Tels sont pour lui les problèmes de base de la Libye et qui devraient intéressés ce média au lieu de traiter a-t-Il lancé, des sujets qui divisent l'Afrique et créent une tension entre les Libyens dont 30 pourcent d'entre eux sont de peau noire et leurs frères africains.

Pour Mr. BOUSSAFITA, l'occident veut encore plus détruire la Libye. Ceci, selon lui toujours s'explique du fait que les occidentaux craignent que les projets de la Libye vers l'Afrique qui existe depuis le Président KADHAFI aboutissent car ils sont en cours.

Il soutient que la situation que vit les Libyens est le résultat du travail des occidentaux citant notamment l'ancien président Français Nicolas Sarkozy.

Plus loin, cet émissaire Libyen a rappelé que tous face à cette situation avons des responsabilités surtout les dirigeants Africains, en particulier ceux dont les pays sont frontaliers à la Libye car nul n'est sans ignorer que la Libye a des territoires non sécurisés le cas de la partie sud du pays. Ces chefs d'État ne sécurisent pas leurs frontières faisant alors des portes d'entrée des migrants.

De tous ces pays, il a cité nommément le Niger qui partage 500 km de Frontière avec la Libye.

Pourtant le Tchad qui compte le double soit 1000 km de Frontière avec la Libye la sécurise.

Le Conseiller Libyen chargé des relations Afrique - Europe pointe donc du doigt, outre les réseaux maffieux qu'il faut démanteler par les services de sécurité de ces pays frontaliers leurs dirigeants.

Il salue les efforts consentis en ce sens par le Président Tchadien Idris Déby Itno.

Pour des solutions, ce problème insiste-t-il doit être traité partant des causes donc à la source car de ces pays d'où ces migrants proviennent, il faut parcourir 7000 km à l'exemple de ceux de nationalité Malienne.

Ceci prouve que ceux qui les embarquent ne sont pas Libyens en plus du manque de matériel adéquat pour les services qui sécurisent ces frontières du côté de ces pays qui pourtant ont des gouvernements en place, la Libye étant dans une grave crise sécuritaire.

Il exige que le prochain sommet Afrique - Europe, prévu à Abidjan en Côte d'Ivoire puisse tabler sur cette question et en assortir des solutions sérieuses car il n'est pas question de Financements et la Libye en a pas besoin, mais il est question d'aider ce pays à mettre fin à la crise à laquelle elle fait face depuis déjà plusieurs années.

Le problème ne se situe pas au niveau du Financement car des grosses sommes ont étaient débloquées et ce sans parvenir à des solutions.

Informé de la situation, la Présidente de l'UPJ a promis d'informer la Jeunesse Africaine qui est très frustrée par cette situation inacceptable qui a vu le jour en plein 21ème siècle sur la terre Africaine ; un "Crime Contre l'humanité" aux vues et aux sus des dirigeants Africains qui étaient au courant de ces pratiques humaines qui sévissent sur le sol Libyen et dans certains coins du continent Africain et la situation pourrait être pire y compris même en dehors de l'Afrique.

Elle encourage la jeunesse Africaine tant celle se trouvant sur le Continent que de la Diaspora à faire pression pour sauver leur génération sacrifiée.

L'UPJ et le représentant Libyen ont convenus de travailler ensemble sur cette question et parvenir à des solutions.

D'autres informations seront bientôt mises à la portée de la jeunesse et de l'opinion Africaine.

Transmis par le Bureau de Presse de l’UPJ

Contacts :   (+243) 859434665

           810697278 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.      www.pyu.org